Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2007

Yves-Marin GORIN, professeur d’histoire-géographie et accompagnateur de montagne est actuellement pour 5 mois au Zanskar à la découverte de la société zanskarie, en réalisant 4 treks et en s’investissant dans 2 projets humanitaires visant le développement du système scolaire au Zanskar.

Une aventure riche en découvertes, mais également basée sur l’entraide :
– intervention dans l’école LMHS de Pipiting : aider au fonctionnement administratif et organiser des cours d’éducation physique.
Cette école a été fondée il y a une vingtaine d’année et est toujours soutenue par l’association AAZ.
– mise en place du fonctionnement de l’antenne locale de l’association TAFIZ (Tokspo Amitié France-Ichar Zanskar).
Cette association a pour but d’aider à la construction d’un internat pour l’école publique d’Ichar.

 

Sur le même sujet : tvmountain.com

Publicités

Read Full Post »

Dès le début de notre trekking de Lamayuru à Karsha, l’altitude fait des dégâts importants parmi les randonneurs-explorateurs.
Après 2 jours de marche, Françoise Dupuis et Catherine Mayer renoncent à continuer : migraines, essoufflements à l’effort.
Le 4ème jour, à Photaksar (4080 m), ce sera au tour de Colette Vanandruel. Selon son compagnon Yves Hamaide, lui-même flagada : elle souffre de migraines, elle est très fatiguée et estime que c’est trop dur pour elle.
Notre groupe tend à se réduire comme peau de chagrin !
Néanmoins, Viviane Nicolay, Philippe Pigeolet et Manu Kodeck sont très motivés à poursuivre le trekking avec Stanzin Jorgays, notre guide zanskari. C’est finalement, ce trio qui termine avec brio la traversée du Ladakh au Zanskar.
Au niveau difficultés, ce circuit vaut « 4 à 5 chaussures ». Donc, c’est quand même du costaud.

Despite its popularity, it is not an easy trek. There are eight passes to cross, between Lamayuru and Padum which gives this section a reputation for being particulary difficult.
Extrait de Trailblazer guides « Trekking in Ladakh »

Philippe : infatiguable, coriace. Du début jusqu’à la fin, il est dans les pieds du guide. C’est aussi grâce a lui que nous avons à fait un sommet (sans nom) près du col Hanuma La : nous l’avons désormais baptisé le VivPhilMa (4885 m). Champagne au retour avec Tout Lui Faut !

Viviane : excellente marcheuse, très endurante, toujours positive et une « public relation » efficace.

Heureusement, grâce à l’agence Zanskar Trek de Stanzin Lakpa à Leh, Catherine, Francoise, Colette et Yves ont pu trouver un autre programme plus adapté à leurs capacités.
En fin de compte, tout le monde est content de son choix. Et, c’est tant mieux ainsi.

Quel bonheur contemplatif, cette haute montagne.
Les paysages – époustouflant de caractère, de nuances et de lumières – sont propices à la méditation. J’aime me retrouver dans cette nature forte et marcher kulay kulay (lentement) à l’écoute de mon soufflle. Marcher ici implique une immersion totale dans le paysage et l’isolement.

Je crois que je suis proche du stade de l’illumination, quand je pète ça fait : « Aum« .

Un reportage photographique  i c i .

Manu Padme Hum

________________________________________________________
If the valley is reached by a high pass, only the best of friends and worst of ennemies are its visitors. – Tibetan Proverb

Read Full Post »

Méditer, c’est se soigner

Dr Frédéric Rosenfeld, médecin psychiatre, ancien assistant des hôpitaux de Lyon, diplômé en neurosciences et en thérapies cognitives.
Il pratique depuis plusieurs années la méditation vipassana, une technique indo-birmane, le zen et le taï chi.

Présentation de l’éditeur

Dans les traditions orientales, méditer est une médecine du corps et de l’esprit. Aujourd’hui, les scientifiques nous apportent la preuve que la méditation agit bien sur le cerveau et qu’elle met en œuvre des mécanismes réparateurs ou préventifs.

Dans de nombreuses cliniques aux États-Unis et en Europe, les psychiatres utilisent la méditation pour réduire le stress, l’anxiété et prévenir la rechute dépressive et l’insomnie.

En médecine, les bénéfices de la méditation sur les maladies cardiovasculaires, les douleurs chroniques et les maladies psychosomatiques sont reconnus. On a même observé ses effets anti-vieillissement.

Le dr Frédéric Rosenfeld nous initie aux découvertes révolutionnaires des médecins et des scientifiques. Dans ce livre accessible à tous, il nous donne des clés pour une méditation laïque, adaptée à chacun, qu’il s’agisse de yoga, de zen, de taï chi ou d’autres pratiques.

Méditer, c’est se soigner. À nous de devenir les acteurs de notre bien-être.

« Notre esprit est notre corps et notre corps est notre esprit : la méditation est l’une des clés de cette réconciliation fondamentale. »

Frédéric Rosenfeld.

Les avis

« La méditation de pleine conscience est un des principaux instruments de la nouvelle médecine des émotions. Frédéric Rosenfeld est clair, humain et attentionné. Un guide à la fois doux et savant et une excellente introduction à la pratique ».

David Servan-Screiber, neuropsychiatre, auteur de Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse.

« Un parcours à la fois initiatique et scientifique. Ce livre écrit avec beaucoup de verve permettra à chacun de s’orienter dans un domaine où la spiritualité s’allie à la psychothérapie. »

Jean Cottraux, médecin psychiatre, directeur de l’Unité de traitement de l’anxiété du CHU de Lyon, auteur de La répétition des scénarios de vie.

___________________________________________________
« Ecoute avec les yeux, regarde avec les oreilles », dit un adage zen.
Voilà un proverbe qui me convient bien.

Read Full Post »

Encore relevé sur l’excellent « Guide pratique 2007 sur le Ladakh » , rédigé par Jean-Louis Taillefer. Je recommande vivement ce guide aux voyageurs-trekkeurs qui souhaitent découvrir cette région.

Ramenez tous vos déchets : bouteilles vides en verre ou en plastique, sacs plastiques, emballages imputrescibles des aliments lyophilisés et autres emballages modernes, sparadraps, tubes de vitamines, entre autres.

Il n’y a pas de service de voirie sur les pistes de trek (ni déchetterie ou parcs à conteneurs). Il ne suffit pas de mettre les déchets sous une pierre, ou de tenter de les brûler en laissant boîtes et papier alu noircis.

Obligez votre guide, votre cuisinier et vos horsemen à tout récupérer. Ils font souvent l’effort de tout rassembler, … et de laisser un petit tas, mais ce n’est pas la bonne solution : il faut tout ramener.

La politique de Louis XIV : « Après moi, les ordures », n’a plus cours.

Gardez aussi un briquet sur vous pour brûler votre papier hygiénique; pour le reste, le temps s’en charge rapidement !

Pour un trekking responsable au Zanskar et au Ladakh

La popularité du trekking et de l’alpinisme en Inde fait peser une pression importante sur l’environnement.
Sur le site La Maison des Himalayas des conseils pour aider à protéger l’équilibre écologique et la beauté des massifs montagneux.

Please keep Zanskar clean !

Read Full Post »